19/01/2005

Humanum est

Le travail d'un copywriter (ou rédacteur publicitaire) ne se limite pas à l'écriture. Il m'arrive souvent de coiffer la casquette de correcteur, ainsi que celle de traducteur. Le rôle d'un correcteur consiste naturellement à vérifier l'orthographe et la grammaire du texte qu'on lui présente, mais surtout à s'assurer que les idées soient bien exprimées et que le style soit agréable, c'est-à-dire clair et concis. Parfois, le rédacteur d'un texte manque du recul nécessaire à une bonne correction, soit parce qu'il tient outre mesure à ses tournures, soit parce qu'il n'est plus capable de considérer sa prose sous l'angle d'un lecteur pressé qui cherche des informations. Mais je développerai cet aspect de mon travail une prochaine fois.
 
La première erreur dont je vais parler est une erreur que je retrouve souvent sur les pages personnelles et les forums de l'Internet : le trait d'union lors d'une inversion verbe-sujet.
 
La règle lors d'une inversion est de toujours mettre un trait d'union entre le verbe et son pronom personnel s'ils sont juxtaposés.
 
Par exemple, on écrit Qui suis-je ? Où es-tu ?
 
Jusqu'ici c'est facile. Mais ça se corse lorsque le sujet est un pronom à la troisième personne du singulier et qu'un t entre dans la partie :
 
On écrit alors Etudie-t-il ? Joue-t-elle ?
 
Il ne faut pas se tromper et écrire Etudie-t'il ? Joue-t'elle ?, formes qui, en plus d'être vilaines à l'oeil, sont totalement erronées.
 
La seule occasion où une apostrophe est utilisée entre un verbe et un autre mot est le cas de la préposition en.
 
Ainsi, la phrase Tu t'en vas ? s'inverse sous la forme Va-t'en !  Remarquez au passage la disparition du s à cause de la forme impérative et la présence du fameux trait d'union, qui joint le verbe et son pronom personnel associé. CQFD !


17:00 Écrit par Blibli | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.