29/01/2005

Scripta manent

Qui aurait cru, il y a seulement 30 ans, que l'écrit ferait un grand retour dans le quotidien des gens ? L'époque était au tout audio : la télé, le cinéma, la radio, ... Des prophètes de malheur (comme toujours) mal inspirés pronostiquaient la disparition à court terme de l'écrit, Truffaut reprenait ce thème dans son (archi-mauvais) Fahrenheit 451 (à ne pas confondre avec celui de Moore), les journaux déploraient des pertes massives de lecteurs, les maisons d'éditions vendaient de moins en moins de livres... puis le miracle est arrivé, pas là où l'on l'imaginait, pas dans une action "volontariste" d'un ministère ou l'autre, mais grâce à la découverte et à l'utilisation de l'Internet par le public. Depuis, le réseau n'a cessé de se développer, si bien que la population est plus que jamais confrontée à l'écrit via les sites, les e-mails, les forums, les listes, groupes, etc.
 
Il est donc nécessaire de savoir bien écrire, car c'est notre meilleure carte de visite. Et puis, quel plaisir que celui de s'exprimer clairement et efficacement par lettres interposées ! Tous les samedis, j'essayerai de vous conseiller en me basant sur mon expérience de l'écriture professionnelle.
 
Mon premier conseil semble évident, mais il est crucial. Lorsqu'un texte est raté, il apparaît souvent que l'auteur ne s'est pas posé LA question essentielle avant d'écrire : quel est mon public ? On n'écrit jamais "pour soi", mais toujours dans un but de communication. Il est donc crucial de savoir quel lecteur on vise, afin d'adapter son style et le contenu à celui-ci. C'est ce que Umberto Eco, dans "Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs", appelle la définition du lecteur modèle. Etape primordiale dans l'écriture : imaginer le type de personne à qui on adresse son texte, en inférer ses goûts, ses capacités, son tempérament, son vocabulaire, sa façon de s'exprimer, et écrire en conséquence. Naturellement, ce lecteur ne sera pas précisément celui qu'on s'imagine, et toutes les personnes d'un même public ne réagiront pas de façon identique à ma prose, mais l'efficacité et l'audience seront maximales.
 
La première question que je pose à un client lorsqu'il veut que j'effectue une tâche de copywriting pour lui est : quel est le public cible ? S'il me répond : les 12-18 ans, je sais que je devrai écrire des phrases courtes et pêchues, avec un vocabulaire jeune. S'il me répond : les femmes entre 35 et 50 ans, le style sera clair et factuel mais les tournures classiques. Si je dois écrire sur un produit luxueux, le style sera très riche, avec de nombreuses circonlocutions et un contenu culturel plus élaboré. Etc.
 
Si vous avez bien suivi jusqu'ici, la question qui se pose maintenant est : quel est mon lecteur modèle pour ce site, d'après vous ?


14:44 Écrit par Blibli | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.